MinUte CultUrelle

LE DON D’ORGANES : EN PARLER C’EST AGIR !

Le Don d’Organes reste un sujet tabou dont plus de 50% de la population française n‘a pas encore parlé.

Le manque de communication et d’information autour du Don reste un des frein principal.

PoOle Maboule

PoOle Maboule By Clém

 

 

QU’EST CE QU’UNE GREFFE ?

Une greffe est la mise en place dans le corps humain d’un organe étranger qui lui est devenu nécessaire. On parle aussi de transplantation.

On greffe : pour remplacer ou suppléer un organe en défaillance sévère et irréductible, et dont la fonction est vitale et pour permettre à un malade de retrouver une existence normale.

30 pourcent de greffes en 10ansDe plus en plus de personnes vivent avec une greffe

 

QUELS ORGANES GREFFE-T-ON ?   

Répartition des greffes en 2015

 

 

 

 

 

 

 

 

Sur une personne décédée, on peut prélever des organes mais également des tissus : les cornées (fines membranes situées à la surface des yeux), ou encore des os, des artères, des veines, de la peau, des valves cardiaques, des tendons…

des evolutions différentes selon les organes

 

CHACUN PEUT-IL ETRE DONNEUR ?

Tout sujet en état de mort encéphalique, malgré tous les efforts des médecins pour le sauver, doit être considéré comme un donneur potentiel.

Dans ce contexte, les médecins entreprennent les recherches des antécédents médicaux et la réalisation d’examens sérologiques. Seuls ces examens, effectués juste avant le prélèvement, autoriseront ou non le don d’organes et de tissus.

On ne définit pas de contre-indications à prori, et chaque citoyen est potentiellement donneur, quelque soit son état de santé du moment.

Il n’y a pas de limite d’âge légale, cela dépend des organes concernés. Le critère retenu est la qualité des organes prélevables. C’est l’état physiologique du donneur et les circonstances de sa mort qui en décident.

 

LES PRINCIPES DU DON  

Le consentement : le principe d’inviolabilité du corps humain signifie qu’un individu ne peut être contraint de subir une atteinte à son corps. Il en résulte qu’une atteinte au corps humain suppose, pour être autorisée, le consentement de l’intéressé.

La gratuité : le corps humain est hors du commerce, et ne peut être l’objet de conventions. La loi a clairement interdit la commercialisation du corps par l’argent. La gratuité des dons à partir du corps humain est la conséquence du principe de non patrimonialité du corps humain, de ses éléments et produits.

L’anonymat : aucune information permettant d’identifier à la fois celui qui a fait don d’un élément ou d’un produit de son corps et celui qui l’a reçu ne peut être divulguée. Le donneur ne peut connaître l’identité du receveur ni le receveur celle du donneur. Elle s’applique à tous les dons sauf à ceux entre personnes vivantes.

 

MA POSITION VIS-A-VIS DU DON D’ORGANES 

Si je refuse tout prélèvement d’organes le jour de mon décès, j’ai la possibilité de m’inscrire sur le Registre Nationale des Refus, auprès de l’Agence de la biomédecine. (http://www.dondorganes.fr/medias/pdf/formulaire_registre_refusvf.pdf)

  Et si je ne veux pas donner mes organes ?

 

Si je suis résolument POUR le Don d’Organes, je dois :

  • le signaler à mes proches
  • porter sur moi une carte de donneur d’organes

        

 

LA PENURIE D’ORGANES

Evolution liste d'attente greffe 2006-2015

En 2015, en France, 21 464 personnes étaient en attente de greffes pour seulement 5 746 transplantations.Greffe d'organes

Bien que le nombre de personnes prélevées ait augmenté de 56,5 % et le nombre de greffes de 56,4 %, le besoin en greffons ne cesse de croître. Le niveau de l’activité ne suffit pas à le couvrir.

La majorité des donneurs prélevés sont des personnes qui décèdent à l’hôpital en état de mort encéphalique suite à un arrêt vasculaire cérébral ou un traumatisme crânien.

Certains défunts ne peuvent être prélevés pour des raisons médicales ou logistiques.

Pour d’autres, le prélèvement est refusé. Soit par le défunt lui-même, qui s’était inscrit au registre national des refus ou qui avait signalé son opposition à ses proches. Soit par la famille qui, faute d’information sur le choix du défunt, refuse le prélèvement d’organes sur leur proche.

Actuellement, près d’un prélèvement possible sur trois est refusé.

                                                                   

                                                                                     

Brochures à télécharger :
- Tous concernés, tous donneurs présumés
- Don d’organes, Dites le à vos proches
- Guide jeune : Le Don, la Greffe et moi,
- Le Don de Moelle osseuse
- Insuffisance rénale, Don du vivant
- Don d’ovocytes
- Don de spermatozoïdes
tous donneurs présumes brochure don d'organes 2015 Brochure guide jeune 2014brochure moelle osseuse 2015brochure insuffisance rénale 2013brochure don d'ovocytesbrochure don de sperm 2014
La carte de donneur utile ou pas ?           
Le consentement présumé, c’est quoi ?